Pathologie induite par le harnais

synthèse d’un article du docteur Jean BARIOD et de Bruno THERY paru dans la revue fédérale SPELUNCA n°55 de 1994.
En 1979, dès sa création, la commission médicale de la Fédération française de spéléologie (FFS) s’intéresse à 15 décès inexpliqués de spéléologues sur corde. Les recherches bibliographiques permettent de trouver une étude du dr AMPHOUX (1978) décrivant une série de tests de suspension en harnais dans le cadre de recherches sur la prévention des chutes dans les travaux du bâtiment. Ces essais mettent en évidence des perturbations physiologiques inquiétantes entrainant l’arrêt des tests. Les médecins fédéraux collaborent donc avec le dr AMPHOUX pour reprendre l’étude sur ces phénomènes.
Une première série d’essais a lieu en 1984 au CREPS de Chalain : deux spéléologues suspendus sans qu’ils bougent, perdent connaissances en 7 et 30 minutes. L’état des sujets nécessite une courte réanimation, les essais sont donc suspendus.
Pour la première fois , il est donc mis en évidence que la suspension inerte dans un harnais peut à elle seule, entrainer des troubles physiopathologiques graves.
En 1986, Une deuxième série de tests est lancée en milieu hospitalier. Malgré l’ampleur des moyens déployés, il n’est toujours pas possible de donner une explication claire au phénomène observé. Une campagne d’information et de prévention est donc lancée en direction des spéléologues.
Ce qui est acquis :
Pour un spéléologue lambda, rester en suspension dans son baudrier ne pose aucun problème particulier hormis quelques douleur de compression au niveau des sangles. En effet , en situation normale notre organisme modifie en permanence ses points d’appui. Si le corps du sujet reste inerte, apparaissent rapidement des lésions cutanées (escarres), des problèmes de retour veineux et pour finir, des troubles cardio-circulatoire.
Dans quel cas le spéléologue est-il inerte sur corde :
– traumatisme crânien par chute de pierres dans un puits ou par choc lors d’un pendule (rupture d’amarrage par exemple).
– accident médical au cours de la remontée (syncope, trouble du rythme cardiaque)
– état d’épuisement sur corde. Il peut alors survenir très rapidement une incapacité physique totale à continuer la progression sur corde. Cette fatigue peut empêcher toute tentative de passage sur descendeur. La situation se dégrade très vite avec inhibition motrice et troubles psychologiques (panique) suivie rapidement d’une perte de connaissance avec du basculement du corps en arrière. Dans quelques cas, le décès semble rapide.

Les manifestations cliniques observées chez les sujets d’étude sont identiques
– sensation de malaise général,
– sueurs,
– nausées,
– vertiges,
– bouffées de chaleur,
– sensation d’oppression thoracique,
– augmentation du rythme cardiaque,
– arythmie,
– hausse de la tension artérielle,
– perte de connaissance.
Le malaise grave survient rapidement (entre 3,5 et 30 minutes)

L’évolution vers la mort semble inévitable.

Un spéléologue inerte sur corde doit donc être décroché rapidement, c’est une urgence vitale.

Afin d’éviter d’en arriver là, il convient de respecter quelques règles :
– Choisir un un baudrier adapté à sa morphologie, il n’existe pas de modèle universel.
– pas de baudrier bricolé inadapté au corps et à la technique spéléologique; réglage soigneux.
– Pas de remontée seul dans un puits, sans coéquipier capable d’intervenir.
– Pas de remontée de grands puits en situation d’épuisement : au préalable, se réchauffer et manger (sucres rapides).
– Connaissance parfaite des techniques de réchappe par tous. Aucune technique de secourisme ne peut être proposée sur corde. La victime doit être amenée au sol après décrochement, il convient donc que chacun s’entraine régulièrement à porter secours à un équipier inerte sur corde.

Dent de Crolles – 30 et 31 juillet 2006

par Alain MAURICE, Conseiller Technique départemental

DEROULEMENT DE L’OPERATION compte rendu succinct

Le dimanche 30 juillet 2006, à 23h20, l’alerte pour un retard au « Trou du Glas de Crolles » est transmise à Alain MAURICE , conseiller technique départemental, par le CODIS 38.
Une conférence à 3 est établie avec la personne donnant l’alerte qui est la concubine d’une personne recherchée.
Celui-ci lui a laissé un mot disant qu’il avait rendez-vous à 9 h avec un ami pour faire la traversée Glas è Annette ou Glas è Chevalier. Ce sont des randonneurs et grimpeurs qui ont découvert le trou du Glas au cours de leurs balades et ils ont eu envie d’en faire la visite.
Alain MAURICE rassure, la requérante, ce n’est qu’un simple retard, aucune raison de s’inquiéter et aucune urgence. Continuer la lecture de Dent de Crolles – 30 et 31 juillet 2006

Gouffre Berger – 13 juillet 2006

par Alain MAURICE, Conseiller Technique départemental

DEROULEMENT DE L’OPERATION compte rendu succinct

Le jeudi 13 juillet 2006 à 3h20, l’alerte pour un retard au gouffre Berger est transmise au conseiller technique départemental par la CRS Alpes.
Un groupe spéléologues Belge de 5 personnes remontait de è640 au gouffre Berger. A la sortie, vers 0H00 ils n’étaient plus que quatre. L’un d’eux est parti seul devant, il a été vu pour la dernière fois à la cascade du petit général. Ils ne savent pas ce qu’il a pu faire est sont très inquiets, d’autant qu’ils ont eu un violent orage dans la nuit.
Ils sont actuellement à la Molière. Le groupe a laissé un numéro de téléphone (00 32 xxxxxxxxx) mais on n’arrive pas à les joindre dans un premier temps. Continuer la lecture de Gouffre Berger – 13 juillet 2006

Gouffre Berger – 25 et 26 juillet 2005

Eric SANSON, Conseiller Technique Adjoint
Laurent MINELLI, Conseiller Technique Adjoint
France ROCOURT, Conseiller Technique Adjoint, SAMU

DEROULEMENT DE L’OPERATION compte rendu succinct

Lundi 25 juin à 8H50, l’alerte est reçue par le Spéléo-Secours-Français qui la transmet rapidement aux Conseillers Techniques Départementaux et au CODIS.
Un spéléologue Belge est blessé à -200 mètres dans le gouffre Berger, il a une épaule démise, il y a besoin d’un médecin et de personnes pour aider l’évacuation.
En fait, l’accident a eu lieu à 700 mètres de profondeur le 24 juillet vers 18H, mais le groupe de spéléologues très expérimenté a organisé un auto-secours pour remonter le blessé jusqu’à è200 mètres. Le blessé a 60 ans, est très expérimenté, n’est pas fatigué, mais souffre beaucoup. Continuer la lecture de Gouffre Berger – 25 et 26 juillet 2005

Scialet du Pot 2 – 18 et 19 juin 2005

Alain MAURICE, Conseiller Technique départemental
Eric SANSON, Conseiller Technique Adjoint
Thierry LARRIBE, Conseiller Technique Adjoint

DEROULEMENT DE L’OPERATION compte rendu succinct

Le samedi 18 juin 2005, un groupe de 5 spéléologues (1 parisien et 4 savoyards) monte à l’entrée du scialet « POT 2» (gouffre Pot 2) situé sur la commune de ST ANDEOL. Deux d’entre eux resteront en surface pour prospecter à la recherche de nouvelles entrées pendant que les trois autres équiperont le gouffre avec des cordes pour le visiter. Ce gouffre est constitué d’un unique grand puits de 319 mètres de profondeur, la plus grande verticale française, c’est là tout son attrait. Continuer la lecture de Scialet du Pot 2 – 18 et 19 juin 2005

Gouffre de la piste de l’Aigle – 18 et 19 janvier 2004

France ROCOURT, Conseiller technique adjoint
Eric SANSON, Conseiller technique adjoint
Thierry LARRIBE, Conseiller technique adjoint

NOTE TECHNIQUE

Sur la cavité :

Le gouffre se situe sur la commune de Trévignin
X 883,95
Y 83,15
Z 1400
L’accès se fait (après 1 km de route) à l’aide de raquettes, d’abord en progression horizontale puis à la descente vers le gouffre .La marche d’approche dure 20 minutes
Le PC est installé à l’office du tourisme de la station de ski du Revard. Le jour de l’accident, les conditions météorologiques sont médiocres et les routes d’accès enneigées. Compte tenu de l’état de ces dernières, l’utilisation d’un véhicule 4 x 4 pour l’accès à la station du Revard a été très utile.

Sur l’accident : Continuer la lecture de Gouffre de la piste de l’Aigle – 18 et 19 janvier 2004

Grotte des Ramats – 12 août 2003

France ROCOURT, Conseiller technique adjoint
Thierry LARRIBE, Conseiller technique adjoint

DEROULEMENT DE L’OPERATION compte rendu succinct

Le 12 août 2003, lors d’une visite dans la grotte des RAMATS, un adolescent qui fait partie d’un groupe encadré par un guide spéléologue, fait une chute de 2 mètres alors qu’il se trouve à une demi-heure de la sortie. Continuer la lecture de Grotte des Ramats – 12 août 2003

Réseau de la Dent de Crolles – 16 juin 2003

Alain MAURICE, Conseiller technique départemental
Thierry LARRIBE, Conseiller technique adjoint

DEROULEMENT DE L’OPERATION compte rendu succinct

Le lundi 16 juin, vers 3h30, l’épouse d’un spéléologue, inquiète de ne pas voir rentrer son mari, donne l’alerte à la Gendarmerie nationale qui transmet l’information au PGHM, unité de permanence pour le secours en montagne. Un conseiller technique est avisé par cette même unité dans les minutes qui suivent. Ce dernier informe immédiatement le SIDPC, le CODIS et fait transmettre l’information au SAMU. En parallèle, les sauveteurs spéléologues du PGHM, du SDIS et du Spéléo Secours Isère sont mis en alerte. Continuer la lecture de Réseau de la Dent de Crolles – 16 juin 2003

Gouffre Cristal – 2 et 3 mars 2003

France ROCOURT, Conseiller technique adjoint
Thierry LARRIBE, Conseiller technique adjoint

DEROULEMENT DE L’OPERATION compte rendu succinct

Le 2 mars 2003, à 13 heures, lors de la remontée d’une expédition de six spéléologues explorateurs du gouffre Cristal (-600mètres), l’un d’eux est victime d’une chute de pierres à la cote – 190 mètres, dans le puits Viennetta. Continuer la lecture de Gouffre Cristal – 2 et 3 mars 2003

Spéléo Secours Français – Fédération Française de Spéléologie